Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hayat Ait-Boujounoui - Blog de poésie

"L'oreiller Abandonné en mer Ne se souviendra pas de la nuit Ni de l'effort des rochers Au creux du rêve" Hayat Ait-Boujounoui, La traversée, in Palpitations, chez L'Harmattan, 2018

Je fais un vœu

Dans la beauté du bleu et du vert,

Plus tenace que les rêves,

Un vent souffle dans les vraisemblances.

 

Une femme observe le jour

Au plus près de ses yeux amis.

 

Une enfant pleure,

Cherche son repli,

Sans savoir les mots.

 

Au cœur des étoiles où nous étions rassemblés,

Nous étions rassurés, uniquement ensemble,

Mais où est-elle ?

 

A-t-elle traversé le fil et les trames ?

 

Je l'imagine heureuse,

Caressée par la quiétude de ce qui perce l'indifférence ;

Cette césure au cœur de la rime qui lui donne un peu de nos certitudes.

 

De quelle famille est-elle ?

"Est-elle brune, blonde ou rousse ?"

Cela avait-il de l'importance ?

Nous l'appelions Rachel.

 

Hayat Ait-Boujounoui - 06 juin 2020

 

*

 

L'image est parfois impossible à restituer.

C'est là que le souvenir trouve sa limite.

 

Hayat Ait-Boujounoui - 06 juin 2020

 

*

 

J'ai pensé à Verlaine, à un moment, en écrivant les mots qui précèdent, alors voici ceux du poète. Entre le rêve et la réalité, n'y a-t-il pas toute une amplitude intéressante à vivre ?

 

Paul Verlaine - Poèmes Saturniens, 1866

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sedna 07/06/2020 08:09

Verlaine aurait aimé tes mots émouvants .Tu es une grande poétesse .

Hayat Ait-Boujounoui 19/06/2020 21:30

Ce qui m'est doux dans ce que j'évoque ici, c'est à la fois le vœu exprimé, bien sûr, mais aussi tous ces êtres qui m'ont entourée ou que j'ai entouré et qui demeurent dans le souvenir au-delà du poème. J'ai évoqué Rachel qui était triste, mais je revois aussi Corine qui a sans doute fait son chemin et que j'espère heureuse.