Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'oreiller Abandonné en mer Ne se souviendra pas de la nuit Ni de l'effort des rochers Au creux du rêve" Hayat Ait-Boujounoui, La traversée, in Palpitations, chez L'Harmattan, 2018

Un peu plus loin...

Je n’ai jamais su son nom, ni son prénom. Cela avait-il de l’importance ? Elle vivait juste au-dessous de mon appartement et la croisais parfois au seuil de sa porte.

 

Ce qui est doux, ce soir, est ce souvenir clair d’un temps qui fut ocre de parfums d’ailleurs.

 

Je n’aimais guère une certaine altérité, mais adorais une part essentielle que nos yeux avaient su transcender.

 

Le ciel a cette clarté unique au bout de ce monde où j’ai aimé vivre et voir le vent.

 

Dans son ampleur, l’eau avait une saveur de larmes, comme si d’une goutte à l’autre, elle portait.

 

Ne porte-t-elle plus ?

 

*

 

Une étoile a scintillé dans les hauteurs du jour, juste à la fenêtre des retrouvailles.

 

Le petit matin au vent, silencieux et beau, a dit : « Chutt…. Taisons-nous enfin ».

 

Dans le bruissement des feuilles, l’hiver a alors crié son nom de joie.

 

Une main tendue vers une autre, dans le silence le plus clair, telles des amies savantes, ont su.

 

« Regarde mieux » ai-je alors entendu.

 

« Comment ? »

 

« Il n’y a rien d’autre de plus beau dans nos sphères, regarde et écoute… »

 

*

 

Des fleurs ont donné leur couleur brute, sans savoir leur innocence.

 

Sont-ce des pétales de fièvre ou juste l’éclosion des cœurs ?

 

Plus loin, les muguets d’un autre sens adjoignent leur chant de mer.

 

« Rouges ou blanches, qu’importe ! Nous sommes la lumière d’un songe… » partout inscrit dans le soir des nombres.

 

*

 

Il y a cette évidence qu’une coquille ne saurait dire suffisante.

 

Il y a cette fissure qu’un bruit n’aura su prendre.

 

Il y a autant de distance que de vertus à se vivre.

 

Il y a ces regards imprimés que l’image a donnés.

 

Est-ce le meilleur ou le pire ?

 

*

 

Des bougies sont allumées.

 

Je les ai portées une à une à la lumière.

 

Dans la danse du soir, le secret du silence offert.

 

Hayat Ait-Boujounoui - Jeudi 24 décembre 2020

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

tilk 03/02/2021 01:01

tu as du talent
tu sais transmettre de l'émotion
j'aime beaucoup
tilk

Hayat Ait-Boujounoui 03/02/2021 20:57

oh merci de ta lecture... Une émotion partagée... via les mots, un plaisir en soi.

Stop Pub Overblog 27/12/2020 18:16

Merci pour cet article. Vous étes bienvenu sur mon blog.

Sedna 27/12/2020 10:38

comme toujours, ta poésie m'emporte vers des chemins de nostalgie, de lumière aussi. J'espère que tu as passé un doux Noêl.