Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'oreiller Abandonné en mer Ne se souviendra pas de la nuit Ni de l'effort des rochers Au creux du rêve" Hayat Ait-Boujounoui, La traversée, in Palpitations, chez L'Harmattan, 2018

Repère...

Il est un repère intéressant et beau par son ampleur

Et je ne sais comment le nommer vraiment…

 

J’ai d’abord pensé à la solitude.

Puis, non. Il y a autre chose.

 

J’ai appris que Ramsès II était roux.

Cela m’a fait sourire d’étonnement.

Était-ce important ?

 

Dans la cuisine où le soir commence,

Le réchaud est juste à point,

Le minuteur lancé.

 

Se souvenir des plantes,

De la verdure de leur apprentissage,

Eau et lumière…

Ne même pas les toucher,

Juste les voir au gré de leurs allures tranquilles.

 

Rien ne tressaute.

Rien n’est ahuri de ne toujours pas attendre,

Ni de faire semblant d’inventorier.

 

J’adore ce presque au cœur des lignes,

Où tout est possible sans exploiter.

 

Personne ne dit le monde.

 

 

Hayat Ait-Boujounoui - 25 août 2021

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
"J’adore ce presque au cœur des lignes, Où tout est possible sans exploiter."... superbe, chère Hayat
Répondre
H
Coucou, chère amie de plume...
T
c'est ça aussi la poésie
j'adore
besos
tilk
Répondre
H
Merci Tilk