Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'oreiller Abandonné en mer Ne se souviendra pas de la nuit Ni de l'effort des rochers Au creux du rêve" Hayat Ait-Boujounoui, La traversée, in Palpitations, chez L'Harmattan, 2018

Par le biais de la pierre

Par le biais de la pierre

 

J’ai cueilli une pierre au bout de la terre

Dans la dorure des roches des sentiers bleus

Le sourire au cœur factuel

Et si loin des restes inutiles

 

J’ai tellement aimé le chant de l’astre

Cette nécessité solaire préservée

Que le vent sourd a su dire son silence secret

Au gré du jour qui avançait

 

Une pointe au corps des lignes

A creusé au travers de souvenirs timides

Sans dire le flux précis des valeurs

Tant la nuit s’est dissipée

 

Au moment des couleurs suspendues

Telles celles que la nature façonne

Un brin de solitude a su vivre

Le sang léger

 

***

 

Poème particulièrement dédié à mes amis bretons,

bien que les mots dépassent souvent le coeur du territoire... 

 

Hayat Ait-Boujounoui - 6 novembre 2021

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
La pierre t'a reconnue dans cette invitation à la nature
Répondre
H
Oh tu me fais sourire, tout comme cette fameuse nature qui m'a tant réjouie, y compris dans cette rencontre avec la pierre qui, discrète, a su se faire remarquer... Bises, ma chère amie de plume...